30 janvier 2020

Comment s’éclairer dans les entreprises en 2020 ?

éclairage bureaux espaces tertiaires

Les nouveaux modes de vie remettent en cause les pratiques de conception et d’utilisation de l’éclairage, dans tous les secteurs et notamment les bureaux et espaces tertiaires. Comment s’éclairer dans les entreprises en 2020 ?

Des habitudes de travail qui ont profondément changées :

On ne travaille plus aujourd’hui comme il y a 20 ans ou même encore 10 ans. Que ce soit au bureau, à l’hôpital et même à l’école (même si les changements sont plus lents dans ce dernier secteur) les besoins à satisfaire ne sont plus les mêmes.

Le développement de l’usage de la bureautique, et plus récemment du numérique, modifient profondément nos habitudes de travail. L’ère du « zéro papier », que l’on nous promet à très court terme, nous conduit au « tout écran » ou plutôt « tous écrans ». Et ce, qu’il soient fixes, mobiles, de petites ou grandes dimensions suivant le media (smartphone, tablette ou écran PC).

Cette nouvelle donne n’est pas anodine en terme d’ergonomie et de confort pour l’utilisateur. Elle multiplie les  risques d’éblouissement et de reflets liés à la réflexion de la lumière naturelle ou artificielle sur lesdits écrans. Lesquels éblouissements peuvent être responsables de maux de dos lorsque l’utilisateur doit adapter sa position pour limiter sa gêne visuelle.

Des exigences en éclairage des utilisateurs différentes :

Simultanément, les exigences de confort des utilisateurs ont changé, dans le sens d’une plus grande flexibilité de l’éclairage combinée à une présence de lumière naturelle plus importante.

comment s'éclairer en 2020 dans les entreprises

 

Parmi les équipements qui font « rêver » les utilisateurs, disposer d’un éclairage individuel réglable figure en bonne position. Il est cité par 36% des sondés (45% des millenials) selon la dernière édition 2019 de l’Observatoire Actineo, organisme dédié à la QVT.

 

 

Cette nouvelle exigence sonne le glas du sempiternel plafonnier lumineux à émission directe jusqu’ici privilégié par les professionnels du bâtiment et les entreprises comme mode unique d’éclairage. Facile à installer et tramer dans le plafond, il était de surcroît supposé répondre correctement aux besoins de la plupart des utilisateurs. Une utilisation massive malgré les problèmes de gêne visuelle liés à l’utilisation fréquente de modèles à bas coût. Notons à ce sujet que l’avènement de la technologie LED n’a que faiblement amélioré la situation. Les modèles premier prix à plaque translucide diffusante, remplaçant les anciens modèles « néon » à grille, étant souvent plus éblouissants et présentant en outre un risque persistant de « flickering », phénomène de papillotement de la lumière lié à des alimentations électroniques de qualité insuffisante.

Heureusement, la technologie LED entrée dans une phase de maturité. Elle permet, à l’aube de 2020, de s’équiper en substitution ou en complément des anciens éclairages de luminaires de tous types de formes, avec une intensité lumineuse modulable de 0 à 100% et un rendu lumineux flexible en matière de tonalité de blanc.  Pour les modèles les plus élaborés de reproduire le spectre lumineux de la lumière du soleil tout au long de la journée.

En outre, la plupart des modèles intègrent désormais des détecteurs de présence permettant une extinction ou un abaissement de la lumière lorsque l’utilisateur s’absente de son poste de travail. Le marché des luminaires de table LED – posables, clipsables, à bras fixe ou articulé- explose littéralement. Compte tenu de toutes ces avancées techniques, esthétiques et des bénéfices financiers il semble évident de privilégier un éclairage proche du plan de travail ne consommant plus que quelques watts. C’est donc le moment d’envisager de revoir son éclairage pour répondre aux aspirations des usagers.

Un enjeux économique pour l’entreprise :

Contrairement au idée recues, c’est pour l’entreprise  une occasion de réaliser des économies d’énergie conséquentes. En effet, le fait de réduire ou supprimer l’éclairage traditionnel fluorescent, en combinant une amélioration de l’usage, permet de réduire la facture d’éclairage jusqu’à 90%. C’est sans compter les gains sur le remplacement des sources lumineuses puisque les LED durent jusqu’à 50 000 heures avec un flux lumineux suffisant soit jusqu’à 20 ans dans le tertiaire.

Pour cette raison, le décret tertiaire, tout juste entré en vigueur, qui oblige à la réalisation de 40% d’économies d’énergie dans les Etablissements tertiaires publics et privés d’ici à 2030 place l’éclairage comme un des leviers principaux pour démarrer une politique d’amélioration.

Suivant les activités exercées dans les bureaux ou espaces tertiaires, la recherche d’un bon compromis entre éclairage d’ambiance et éclairage personnalisé pour l’utilisateur devra néanmoins être menée pour assurer la satisfaction de chacun. C’est sans exclure la possibilité d’une composante indirecte, toujours très appréciée, pour améliorer le confort, l’ambiance et l’uniformité de la lumière.

 

Recevez nos articles en avant-première !

Inscrivez-vous à notre newsletter